Présentation

Bienvenue à toi, voyageur virtuel, qui est arrivé par hasard ou non sur cette page. Je vais te présenter ici qui est Amadrya, et d’où vient ce nom. Prends une tasse de thé, et installe-toi, sois le bienvenu.

Pourquoi Amadrya ?

Je m’appelle Juliette, je suis étudiante et je vis à Rouen. J’ai créé en novembre 2016 une chaîne Youtube sous le pseudo d’Amadrya. Je me suis longtemps posée des questions sur ce pseudo : ne vaudrait-il pas mieux un nom de chaîne clair, qui répresente le contenu et informe directement le visiteur sur la nature de ma chaîne ?

Et puis j’ai constaté que je n’avais pas vraiment d’autre idée, car ma chaîne youtube rentre difficilement dans une case, alors j’ai tout simplement choisi de garder ce pseudo qui me correspondait. Amadrya est dérivé des hamadryades, créatures issues de la mythologie grecque. Ce sont des nymphes des bois, qui vivent liées à un arbre, et meurent si l’arbre est abattu.

Derrière l’aspect poétique de ces créatures, il se trouve que l’arbre a une valeur symbolique puissante. L’arbre est un des plus majestueux symboles de la vie. Sa résistance au temps qui passe et son enracinement profond est généralement associé à des vertus maîtresses telles que la sagesse et la patience. Par sa taille et sa verticalité, il relie le ciel à la terre, et symbolise la vie en perpetuelle évolution. Il suit le cycle des saisons, et ainsi se succèdent sur ses branches la vie, la mort et la renaissance. Il est le témoin silencieux des années qui passent.

Je trouve cette image extrêmement forte et inspirante, et c’est par le biais de cette métaphore que je vais me présenter à toi aujourd’hui.

En 2014, j’ai connu un immense déclic dans mon existence. J’ai vécu de façon très inattendue une sorte d’éveil sur le plan philosophique et spirituel après sept années extrêmement difficiles. J’avais alors 16 ans.

Depuis, j’essaie d’oeuvrer jour après jour pour continuer sur ce chemin, et je cherche à apprendre, m’épanouir, et m’ouvrir toujours davantage. Je suis en quête de sagesse et de paix intérieure.

Mais très vite, j’ai senti que mon travail personnel avait ses limites. Après avoir trouvé ma voie, j’ai ressenti le besoin de m’ouvrir aux autres, et d’apporter au monde. Je ne pouvais plus me contenter d’apprendre uniquement pour moi-même, pour mon propre épanouissement. Petit à petit, plusieurs moyens d’expressions me sont venus à l’esprit, le premier étant l’écriture, mais j’ai de plus en plus été tentée par le format vidéo. J’ai alors songé à me créer une chaîne Youtube. Mais l’écriture est ma passion de toujours, et en attendant d’écrire des livres, j’ai pensé qu’associer un blog à ma chaîne (qui lui servirait aussi bien de support que de complément) serait une bonne idée.

Mais l’objet de cette démarche peut sembler assez flou. À mi chemin entre la réflexion philosophique et les conseils en développement personnel, tout en étant teinté de mon goût prononcé pour l’art, j’ai longtemps eu du mal à définir mon projet, mais ma seule certitude se résumait en cela : le partage. Mon souhait est de partager des réflexions avec des personnes qui visent comme moi une forme de paix intérieure, et un épanouissement sur tous les plans de leur vie.
Je me vois difficilement entrer dans une case fixe comme le développement personnel, je ne me sens pas assez légitime pour me placer en tant que coach : mon but n’est pas seulement de donner des conseils, mais d’échanger, car la vie est une progression infinie, et on a toujours à apprendre. Je n’ai pas de formation spécifique, que ce soit en développement personnel, en philosophie ou en psychologie, et je ne me base que sur mes réfléxions personnelles, ma propre expérience, et mes lectures. Par ailleurs, je suis très jeune, et n’ai donc même pas le crédit que l’on peut obtenir par l’expérience vécue. Mais ce n’est pas un obstacle, car j’assume parfaitement le fait que ma réflexion suive une progression, et qu’elle soit amenée à évoluer au fil des mois et des années. Je ne pense pas devoir pour autant me priver de m’ouvrir au monde et de partager ces réflexions : nous avons tous quelque chose à apporter au monde.

L’une des premières raisons pour lesquelles je m’identifie à cette symbolique de l’arbre, et qui a déterminé le choix de ce pseudo est le fait que l’arbre relie le ciel et la terre. J’ai une personnalité assez mixte : une partie de moi, qui correspondrait aux racines ancrées dans le sol, est très terre à terre. J’aime la réflexion, la philosophie, j’aime remettre les choses en question. J’aime la science, et suis très intéressée par la zététique et de façon plus générale à certaines formes d’approches sceptiques des choses. Mais une autre partie de moi est très sensible à des choses plus spirituelles : je suis passionnée par les croyances orientales liées entre autres au bouddhisme et à l’hindouisme, et à certaines pratiques issues de ces philosophies, notamment la méditation, le yoga… Mais que ma démarche soit terre à terre ou plus spirituelle, elle n’a toujours pour but que d’optimiser au maximum mon existence, afin de faire toujours le meilleur pour moi et pour autrui.

L’autre aspect symbolique qui me touche est celui du temps. L’arbre est, comme je te l’ai dit plus haut, le témoin silencieux des années qui passent. Il représente à lui seul les cycles de la vie, de la mort et de la renaissance à travers les saisons. Et les saisons, leur aspect cyclique, est une thématique qui m’inspire beaucoup, notamment sur le plan artistique, c’est une thématique qui reviendra souvent ici.

Enfin, pour en revenir plus spécifiquement aux hamadryades, j’aime le contraste entre la créature mobile, libre, et l’arbre, immobile et profondémment ancré dans le sol, à la fois puissant et vulnérable. Leur lien, et leur dépendance mutuelle, trouve un écho assez puissant dans ma personnalité : j’aime cette dualité, je suis une personne qui est toujours en quête de liberté, d’indépendance et de détachement, mais la paix intérieure que je recherche induit une certaine stabilité, un certain ancrage. Et j’en reviens ainsi à cette métaphore : l’hamadryade, libre de ses mouvements, ne survit pas si l’on coupe l’arbre auquel elle est attachée. Elle est à la fois libre et ancrée. La dualité entre la liberté et l’entravement est pour moi représentative de la vie humaine, profondément riche, mais fatalement éphèmère.

Voici donc l’origine de ce pseudonyme.

Je vous souhaite une magnifique journée !

 

Amadrya

Crédit photo : Lecavelier.D Photographiquement