Youtube

Présentation

Travel pictures

    Arts

    J’ai toujours rêvé d’être écrivaine

    Aujourd’hui, j’ai envie de te parler un peu du livre, car c’est quelque chose d'assez central dans ma vie.


    Quand je dis le livre, et non les livres, c’est parce que je parle bien du livre en général, et pas juste des livres que je lis.

    De nombreuses choses sont à l’origine de mon lien avec le livre :

    Premièrement, quand j’étais petite, j’avais deux passions : le dessin d’abord, puis l’écriture. Très vite, j’ai commencé à écrire des livres (sans doute dès le CP). Alors bien sûr avec plus de dessins que d’écriture, et une orthographe hyper approximative, mais j’ai parfois retrouvé les livres que j’écrivais enfant et je réalisais que c’était présent hyper tôt dans ma vie : très jeune, je disais que je voulais être écrivaine. J’ai ensuite commencé à écrire des poèmes, et à 9 ans j’écrivais déjà des petits romans sur ordinateur. C’était à 90% des histoires de chevaux, ma grande passion d’enfance. Au collège j’écrivais des histoires de plus en plus longues, et vers 11 ans j’avais déjà écris un roman de 130 pages (mais je ne l’ai jamais terminé car j’ai eu ensuite envie de me mettre à la fantasy).

    Autant dire que l’écriture avait une place IMMENSE dans ma vie, et ce depuis l’enfance. Et toujours en parallèle de ma passion du dessin.

    Mon plus gros projet de roman Fantasy est né quand j’avais 12-13 ans et je suis toujours dessus (ça va faire dix ans du coup…) c’est une histoire sans fin : je n’arrive pas à l’écrire, mais je sais que je n’abandonnerai pas ce projet car il me tient énormément à coeur. Pour retracer un peu la chronologie : vers 13 ans, j’entrais en seconde et cela faisait deux ans que je recommençai sans arrêt de nouvelles histoires avec beaucoup de thématiques / personnages / lieux récurrents ou similaires. Je tenais quelque chose, mais évidemment, comme on change beaucoup à cet âge, l’histoire ne cessait d’évoluer, de changer d’enjeux, de contexte. Mais petit à petit, ces éléments récurrents commençaient à dessiner une ambiance, un paysage, et cela prenait tellement de place dans ma vie que cet univers était devenu une partie de moi-même.

    C’est pendant la seconde et le début de ma première (13-14 ans) et lors de mon année sabbatique après être sortie de la dépression (17 ans) que j’ai été le plus active, il me semble. Entre deux (14-15-16 ans), c’était les années les plus sévères de ma dépression donc c’était moins présent. Durant ces deux périodes, je commençais à réfléchir vraiment sérieusement à mon histoire. Je ne me contentais plus d’écrire les pages d’un livre : je développais un univers. Je dessinais des cartes, je créais des fiches pour mes personnages, je dessinais leur portraits, je créais des créatures, j’imaginais un scénario du début à la fin, des enjeux énormes, et j’ai même créé toute l’histoire d’un monde, sa culture, sa géographie, sa mythologie. Depuis cette époque, je ne me suis jamais séparée des mes dizaines (voir centaines) de documents, aussi bien sur papier que sur ordinateur, qui constituent l’élaboration de cet univers. Mais pour de nombreuses raisons, je n’ai jamais réussi à dépasser l’étape de l’élaboration pour écrire : ces travaux préliminaires me plaisaient énormément, et j’y ai mis tellement de cœur que j’ai peur de tout gâcher en n’étant pas assez mature, douée, talentueuse pour que mon écriture soit à la hauteur de mon histoire.

    En janvier/février 2017, je me suis violemment secouée pour m’y remettre : j’ai voulu être exposante au salon fantastique. J’avais fait deux vidéos à ce sujet, mais j’ai mis hors ligne la première car le son était trop mauvais. Le vlog après le salon est en revanche toujours disponible.


    J’ai repris la mythologie que j’avais créé pour faire des peintures représentant les dieux et déesses que j’avais inventées, et j’ai exposé ces peintures, j’avais même créé une reine en peinture et en costume que j’ai porté pendant tout le salon. Mais finalement, si ça m’a donné un grand élan de créativité en peinture, je n’ai pas eu le temps de me mettre à l’écriture, et ce projet de roman que je m’étais promise de réaliser en 2017-2018 s’est noyé dans mes autres projets : juste après le salon, j’ai eu mon voyage au Québec, puis la tournée des piques-niques et ensuite Erasmus… Sans parler de ma chaîne youtube. Alors à nouveau, j’ai laissé l’écriture de côté…

    Mais ça reste dans un coin de ma tête et dès que j’y pense, je me sens hyper impatiente et enthousiaste. Je sais que ce n’est pas bien d’attendre le bon moment, qu’il n’y a jamais de bon moment… Mais j’ai trop d’activités et je suis obligée de prioriser. J’ai trop de mal à être régulière sur Youtube en parallèle de mes études et de mes stages, et mon expérience m’a enseigné une chose : si je cumule trop de choses, je m’épuise, je fais un burn out, je tombe en dépression et je n’arrive plus à créer jusqu’à ce que j’aie une période de pause dans mon activité principale (vacances… ou carrément abandon de mon activité principale).

    Alors, oui, j’attends sinon d’avoir fini mes études, au moins d’avoir assez de temps libre pour cumuler plusieurs grosses activités.

    Pour revenir à mon lien avec le livre : dans mes études, j’avais donc passé un bac littéraire, puis j’ai fait le cours Florent (théâtre donc, toujours un lien étroit avec la littérature). Suite à mon année sabbatique, je suis allée en fac de lettres pour plusieurs raisons :

    Premièrement, comme mon premier rêve était d’être écrivaine, ça me semblait cohérent d’étudier la littérature.
    Deuxièmement, pour ma culture personnelle : toutes les sciences humaines me passionnent, et devoir choisir entre lettres, psycho, socio, philo, histoire de l’art, histoire, etc. me semblait être un véritable calvaire. J’ai donc choisi les Lettres car j’ai l’impression que ça regroupe un peu toutes les sciences humaines : la littérature est étroitement reliée à l’histoire, mais aussi à l’histoire de l’art, et à la philosophie (nous avons étudié Montaigne, Diderot etc), et même d’une certaine manière à la psychologie et la sociologie (certains mouvements littéraires sont même spécialisés en cela, comme le naturalisme). La littérature donne énormément à réfléchir sur la psychologie et la société à travers différentes époques, sur des sujets qui sont parfois universels et toujours d’actualité au XXIème siècle.
    Enfin, par facilité : j’ai des capacités linguistiques et rédactionnelles qui représentaient un grand atout en lettres, et de ce fait j’ai pu valider ma licence sans vraiment m’investir, ce qui me permettait de ne pas me laisser trop envahir par les études et de garder mes distances car je savais que je ne supportais pas de ne pas avoir de temps pour mes projets.

    J’ai donc énormément élargi ma culture littéraire, mais aussi mes connaissances de l’histoire du livre et de l’édition.

    Suite à ça, je me suis lancée dans mes études actuelles, l’IESA Arts&Culture. J’étais donc moins spécifiquement centrée sur le livre et les lettres, mais finalement, c’est revenu  presque malgré moi : j’avais comme domaines culturels de prédilection la photographie et la musique, car cela m’attirait beaucoup plus que le livre dans les métiers culturels. J’ai donc fait mon premier stage dans une galerie de photographie, et ensuite, j’ai postulé pour travailler à France Festival, une association qui regroupe de nombreux festivals de musique et de spectacle vivant et qui les assiste sur le plan juridique et administratif. Je n’ai pas été prise, mais peu de temps après, j’ai reçu une offre d’une autre association : La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse. Ils ont du faire un recrutement de stagiaire en urgence et avaient donc récupéré mon CV chez France Festival, puisque leurs bureaux sont voisins. J’ai accepté, j’ai passé l’entretien et j’ai été prise : et finalement, je suis hyper heureuse car je pense que l’autre stage me correspondait moins que celui-ci : j’apprends énormément de choses sur la chaîne du livre, sur le métier d’auteur, sur le monde de l’édition, sur le droit d’auteur, et globalement sur toute l’actualité du livre sur le web puisque je fais beaucoup de veille médiatique sur différents médias ciblés sur le livre (Actualitté, Livre Hebdo, etc).

    Et enfin, bien sûr, je suis une grande lectrice : je suis passionnée par les livres, j’aime les collectionner, et je m’intéresse à énormément de sujets : j’aime m’instruire, j’aime apprendre et rien ne vaut pour cela les livres, donc je lis autant de fictions que de livres théoriques. Mais je parlerai davantage de lecture une autre fois !


    Pour conclure, cet article et cette vidéo vise principalement à vous expliquer mon intérêt pour le livre, pour vous dire que c’est un média d’expression qui est pour moi extrêmement important (autant que la vidéo, et même davantage puisque la vidéo est entrée dans ma vie assez récemment par rapport à l’écriture).

    Je prévois donc d’écrire des livres dans les années qui viennent, aussi bien de la fiction que des livres plus théoriques, et plus cela sera présent dans ma vie, plus ce sera le cas sur ma chaîne et mon blog, naturellement.
    Enfin, c’est pour annoncer que j’aimerais également parler davantage de mes lectures même si je dois encore définir sous quel format.

    J’espère que tout cela vous plaira ! Je vous souhaite une belle journée.



  • Non classé

    Trouble de l’humeur ou hypersensibilité ?

    Pour ceux qui se demandent pourquoi j’associe toujours hypersensibilité, surdouance et autisme Asperger, c’est parce que les trois ont énormément de points communs, mais je ferai une vidéo pour expliquer ce…

  • Bien-être

    Je n’arrive pas à m’adapter

    Nouvelle année, nouvelles questions, nouvelles problématiques : la reprise d’études exigeantes et à plein temps représente pour moi un vrai challenge. Je commence peut-être à cerner pourquoi cela est au point…

  • Voyage

    Erasmus : gérer le manque et l’éloignement ?

    Je n’avais jamais réalisé combien il était important d’avoir une vie sociale riche avant de partir en Suède. Après une année passée loin des miens, une année où j’ai eu l’impression…

  • Bien-être

    La fin de l’hiver

          L’hiver est terminé. Quand j’ai réalisé que c’était la dernière neige de l’année qui fondait à Stockholm, j’ai ressenti beaucoup d’émotions. Un an, c’est assez long en terme…

  • Voyage

    Travel Diary #4 : Vilnius

    VILNIUS TRAVEL DIARY   Voici le quatrième de mes douze Travel Diaries, à Vilnius ! Alors que l’été est déjà bien entamé, je t’emmène pour un court séjour glacial dans les…